Partagez !
Share On Facebook



Hirokazu Kobayashi venait souvent à Bruxelles dans les années 70 chez Julien Naessens qui était d’abord un judoka, élèves de Kenshiro Abe. Julien Naessens, qui avait vu défiler une floppée de professeurs japonais depuis l’après guerre et qui était lié d’une forte amitié à Masamichi Noro (Kinomichi) vouait une admiration particulière à Hirokazu Kobayashi. Par la suite aucun élève belge n’a suivi Hirokazu Kobayashi dans la suite de son histoire européenne excepté Yves Flon. (NB: Il est possible que ce player fonctionne mal dans IE. Il fonctionne dans Firefox, Opéra et Safari)



Get the Flash Player to see this content.

 

 

Hirokazu Kobayashi en juin 1998 au Japon environ 2 mois avant sa mort. Il n’enseignait pas aux enfants et disait que l’aïkido n’était pas pour les enfants. Il disait aussi qu’à côté de son professeur (Ueshiba Morihéi), tous étaient comme des enfants. Il y avait peut-être l’insouciance de l’enfance dans sa pratique mais aucun voeu d’une retour à un bonheur disparu. Bien plutôt l’idée que le temps est cette part de nous même qui nous vient en avant de nous. Il enseigne ici exactement comme il pouvait le faire avec nous. Pas de différence. Nous dédions ces images à Lucienne Béranger et Alba la Nera.

 

 

Get the Flash Player to see this content.